Tester son jeu

Quand on fait du game design, on veut forcement que tout soit parfait et pour cela, il faut le tester son jeu. On ne peut pas concevoir un prototype de jeu sans dépenser une petite fortune. Il faut donc trouver une solution pour tester sa mécanique de jeu. On appelle ça l’itération.

Le meilleur moyen pour ça, c’est donc d’élaborer un prototype papier du jeu et de regarder comment notre jeu évoluer sur celui-ci avant de passer à la production. L’itération est surement l’étape la plus importante de toute.

Le cheminement logique

Quand on crée des énigmes, il est relativement difficile d’anticiper comment vos joueurs vont se rappeler et utiliser les informations d’un indice. Il faut aussi concevoir la relation narrative entre chaque indice, en s’assurant qu’elle ait un sens logique. J’appelle ça la « cartographie du chemin logique ». Pour vous aider à faire cela, rien de tel qu’un prototype papier !

Lorsque vous faites tester un jeu, demandez de souligner les indices qui leur ont permis de tirer leurs conclusions et demandez : « A partir de cet indice, comment savez-vous que vous êtes sur la bonne voie ? »

La difficulté du jeu

Si un jeu est difficile, ce n’est pas très grave. Il faut juste éviter les frustrations indésirables et cela se gère facilement avec un peu d’expérience et de méthode.

Pour gérer la difficulté, il faut récupérer  l’opinion des joueurs et examiner leur comportement. Pour ce faire, il faut regarder le temps passé par une énigme, noter les indices qu’ils ont utilisés correctement ou incorrectement. Bien sûr, il faudra aussi demander aux joueurs après leur session comment ils ont perçu la difficulté.

L’histoire

Afin d’éviter les confusions,et de guider le joueurs, l’histoire est importante à toutes les étapes du jeu. Chaque série d’énigmes devrait raconter une étape de l’histoire finale. Une histoire a  forcement des mystères, avec ses zones de confusions.

Une solution simple pour palier à ça: il suffit de demander aux joueurs de vous raconter l’histoires et ses points clefs, puis d’adapter l’histoire pour la rendre plus ou moins complexe en fonction de leur ressenti.

Le jeu en version papier

Pour tester correctement votre jeu, il vous faut absolument une version complète. C’est la qu’intervient la version papier. Cela permet de faire des tests à moindre coût.  Si vous avez besoin de dessins pour donner un peu plus de vie, vous trouverez tout ce qu’il faut sur internet. ex :  le site freepik

Réussir à faire une version papier simple est relativement long, mais cela permet de ne pas faire d’erreur par la suite.

Une procédure de test

Comment faire pour ne pas influencer le joueur, lorsque nous sommes dans la même pièce que lui pour l’observer ? Comment recueillir les informations nécessaires sans altérer le jeu ? J’ai testé les questions à chaud en encourageant les joueurs à verbaliser leurs pensées, mais cela est rarement concluant. Je procède maintenant d’une autre façon.

La solution est de prendre le rôle d’un  PNJ ( personnage non joueur ) pendant le test, en faisant partie intégrante du jeu. Cela maximise l’interaction et permet de comprendre le cheminement de pensée des joueurs.

Mais il reste un soucis, comment ne pas les influencer ? Simplement, en utilisant un script . Vous ne pouvez répondre QUE par celui-ci et cela vous coupe l’herbe sous le pied si une improvisation devait vous venir en tête.

Il est important pour les joueurs de comprendre le rôle du PNJ. Grâce à une introduction scénarisé, il faut expliquer l’interaction avec eux tout au long de leur session. Il faut expliquer qu’il posera des questions, donnera des conseils, voir des indices selon leurs propres questions.

Il faut encourager les joueurs à poser des questions à tout moment, même si parfois on ne peux pas répondre. En plus des indices, il faut également fournir aux joueurs du papier  et des stylos pour prendre des notes, si ils en ont besoin.

Se préparer

Tester un jeu de cette façon ne se prépare pas à la légère. Outre la mécanique, les énigmes, les impressions et les scripts du PNJ, il faut répéter dans son ensemble avec son équipe ( ou seul si vous avez du courage ) la procédure globale de test. Il faut être à l’aise avec son prototype, savoir comment on récolte les données facilement et surtout déjà savoir en amont comment on va les exploiter.

N’oubliez pas des réponses standard ou bateau pour certaines questions de joueur :  « Je ne peux pas vous aider avec ça maintenant » ou encore  : « Peut-être que vous devriez continuer à regarder ? »

Afin d’analyser votre session de jeu, je vous conseille de la filmer. Vous la regarderez par la suite à tête reposée.

Examiner les notes des joueurs

Puisque vous leur avez donné des feuilles et des stylos, la meilleur des choses à faire est de récupérer les documents. Lors de votre session d’analyse vidéo, vous allez pouvoir retracer leurs cheminements et comprendre encore mieux comment il sont arrivés là.

Vous verrez que vous allez apprendre énormément si vous respecter votre procédure de test. Vous allez pouvoir valider votre concept et l’améliorer grandement. De plus un prototype papier contribue à réduire le temps et les coûts de prototypage.

A très vite

Sébastien

Inspiré par : http://www.octothorpe.com/blog/

1 commentaire

  • elias

    Reply Reply 24 juin 2018

    je te conseille de faire des jeux comme Fortine

Ecrire un commentaire

* Denotes Required Field